J'en parlais  dans un de mes billets il y a quelques jours, la question de la scolarisation lorsqu'on s'expatrie avec des enfants en âge d'aller à l'école, est souvent au coeur du projet.

Il existe de nombreux établissements scolaires français de part le monde, vous pouvez en trouver la liste ici : http://www.aefe.fr/

C'est évidemment le moyen "le plus simple" de continuer à suivre le programme de l'Education Nationale. Et je dirais que pour ceux qui sont amenés à s'expatrier sur du très long terme, et à différents endroits du globe, cela me parait quasiment indispensable car cela permet une continuité dans les apprentissages.

MAIS, cela n'est pas toujours possible (il existe de nombreux endroits  bien sûr où il n'y a pas ce genre d'école),  ou alors ce n'est pas envisageable financièrement (parfois les entreprises paient la scolarité des enfants de leurs salariés expatriés mais pas toujours. Et il faut savoir que très souvent les frais de scolarité sont très élevés. On peut obtenir des aides, mais cela reste tout de même, pour certains, bien trop élevé, surtout si on a 2, 3 ou 4 enfants ...)

Et puis, on peut aussi faire le choix, selon l'endroit où on "atterrit" d''inscrire son enfant dans l'école publique du secteur.

C'est d'ailleurs ce que l'on a choisi. 

Une des raisons qui nous ont poussés à faire ce choix, c'est qu'on savait que les écoles du secteur où nous vivons sont excellentes et ont un programme et des moyens pour accueillir les enfants handicapés, tout à fait exceptionnels. Et puis, il nous semblait positif que nos enfants soient totalement immergés dans un environnement anglophone, pour apprendre rapidement et efficacement la langue bien sûr, mais aussi pour se confronter à un autre système éducatif, aller à la rencontre d'une autre culture.

Bien sûr, lorsqu'on fait ce choix, on a aussi envie que les enfants "ne perdent pas leur niveau de français", parce qu'on sait (en tout cas pour nous) qu'on va tôt ou tard devoir rentrer et reprendre une scolarité en France.

Donc, en 3 ans, on a "testé" 3 façons de continuer à rester connecté avec le système français.

1ere année : le CNED

Fraîchement débarqués, on a donc commandé les cours du CNED.

Attention, pas la totalité du programme bien sûr, car cela aurait voulu dire suivre 2 cursus complets, mais le  le programme de Français pour Miss Fafa et Minilou, et pour Tom, on avait aussi pris le programme d'Histoire Géo.

Bilan : bof ....

Notre situation a fait que je n'ai pas trouvé cela très concluant.

Tout d'abord, il m'a paru important de ne pas complètement noyer les enfants à leur arrivée, donc on a vraiment commencé le programme qu'à partir de janvier/février cette année là. Le temps pour eux de prendre leurs marques dans cette nouvelle vie et d'acquérir un niveau correct en anglais. Minilou était en plus en 1st Grade (équivalent du CP), donc je ne voulais pas non plus mélanger l'apprentissage de la lecture en anglais avec celle en français.... Apprendre à lire une langue qu'on ne parle c'est déjà un sacré challenge.
Par contre, Miss Fafa et Tom qui étaient de bons lecteurs déjà, ont continué à lire en français pendant toute cette période....

Quand ils ont été plus à l'aise à l'école, on a commencé un peu à suivre les cours envoyés par le CNED.

Mais j'ai trouvé ça assez fastidieux, pas très ludique et trop lourd ... Le point positif, c'est peut-être le calendrier des devoirs à envoyer, qui "oblige" un peu à maintenir un cap ... Mais en fait, très vite, les enfants se sont lassés.

Les leçons étaient trop longues, pas forcément toujours très attractives, et j'ai trouvé qu'on avait trop de supports à gérer si on voulait vraiment faire ça correctement ...

Bref, pour notre 2eme année aux US, on a choisi de ne pas recommander les cours du CNED.

On a tenté autre chose :)

2eme année : les cours en petit groupe

Il faut savoir que les questions qui tournent autour de ce sujet sont souvent au coeur des conversations des mamans expatriées ;)

Alors, en 1an, j'avais eu le temps de me faire un petit groupe de copines bien sympa, ayant des enfants de l'âge des miens. Très rapidement, on s'est avoué que faire travailler nos enfants nous mêmes à la maison, ce n'était pas toujours très simple.

J'ai beau être professeur, je reconnais que faire travailler moi même mes enfants m'agace très vite. D'une part parce que je n'ai pas forcément envie d'avoir la casquette de "maîtresse" avec eux et d'autre part, parce qu'eux non plus n'ont pas envie d'avoir une maman transformée en maîtresse ...

Bref, cette année là, on s'est dit qu'on devrait s'organiser autrement !

Et c'est ce qu'on a fait !

On a formé 4 groupes de "niveau". Ainsi nos enfants n'allaient plus travailler tout seuls à la maison, mais avec leurs copains. Et chacune d'entre nous a pris en charge un groupe. On se réunissait chaque semaine, chez l'une d'entre nous, et les enfants travaillaient pendant 1heure.

Cela a formidablement bien marché ! C'était bien plus motivant, en même temps, ce RDV hebdomadaire nous "obligeait" à travailler (sinon, c'est très facile de se dire ...oh, pas cette semaine ...) et c'était plus facile car on n'enseignait pas à NOS enfants seulement. Du coup, on n'était pas seulement "la maman qui oblige à travailler".

J'ai beaucoup aimé cette solution. Evidemment 1h, c'est assez peu, et il fallait aussi prévoir un autre petit temps dans la semaine, chacun de notre côté.

Au bout d'un an, d'autres mamans ont entendu parler de notre petite "tambouille" maison et on eu envie de nous rejoindre. Mais cela devenait très difficile de proposer cela au domicile de l'une d'entre nous, donc il a fallu s'organiser autrement.

Et c'est ainsi que s'est créée une structure de cours du soir, rattachée au dispositif FLAM (http://www.associations-flam.fr/) qui propose, aux enfants francophones scolarisés dans des écoles étrangères, de conserver le Français.

La structure a donc ouvert en septembre 2014 et fonctionne parfaitement bien ! Mon activité professionnelle et les emplois du temps de mes enfants font que je ne participe pas à ce programme, mais c'est une excellente solution pour les familles françaises qui vivent dans le secteur. Vous pouvez trouver d'autres renseignements ici : http://www.philaflam.com/

3eme année : retour au travail à la maison, avec des fichiers 

Je ne fais donc pas partie du programme Flam, mais mes enfants continuent tout de même d'avoir besoin de travailler un peu leur français.

Donc cette année voici ce que j'ai mis en place : des leçons à la maison avec des cahiers BORDAS

L'été dernier, j'ai profité de mon séjour en France, pour feuilleter différents fichiers proposant de faire travailler le programme français à la maison.

Et j'ai beaucoup aimé les fichiers BORDAS.

  Mathematiques ce1 maths tout terrain bordas

J'ai donc acheté pour Miss Fafa et Minilou : 

- les 4 chemins du Français : http://www.editions-bordas.fr/collection/1638%2B1639/223/1351


- Maths tout terrain : http://mtt.editions-bordas.fr/

Chacun à son niveau de classe.

J'ai pris les maths aussi, car même si ci ils ont couvert quasiment tout le programme de l'Education Nationale dans leurs écoles, je voulais qu'ils se "refamiliarisent" avec le vocabulaire mathématique français et qu'ils voient aussi les points qui différent entre les 2 pays.

J'aime beaucoup ces fichiers. Je les trouve faciles à utiliser, agréables à suivre, bien construits et très complets.

On travaille donc régulièrement des leçons à la maison.

En parallèle, Miss Fafa et Louis lisent aussi en français, pour continuer d'enrichir leur vocabulaire notamment ...

Pour Mister T, c'est un peu différent. Il avait un an d'avance, mais nous avons décidé qu'à notre retour, il reprendrait sa scolarité avec sa classe d'âge car il rentrera alors en seconde...

Le faire rentrer en 1ere ne nous parait pas très judicieux, car il va falloir qu'il puisse avoir un peu de temps pour réfléchir à son orientation.... Et puis, il va rentrer dans un établissement international, et il ne pouvait y entrer qu'en seconde ...c'était impossible en 1er ...Bref, du coup, il travaille de façon très autonome avec des annales de 3eme : maths, français et histoire géo.

Et je lui ai aussi acheté pas mal de livres de la liste des "livres à étudier en 3eme"

Voilà, bien sûr, je sais que dans certains domaines (orthographe et conjugaison par exemple), Miss Fafa et Minilou auront à travailler un peu plus à leur retour en France, mais dans l'ensemble cela ne m'inquiète pas vraiment car ils ont énormément acquis dans bien d'autres domaines en suivant leurs scolarités dans une école publique du secteur.

Par exemple, je suis assez impressionnée par le niveau de lecture que Miss Fafa a atteint. Et sa façon d'analyser les livres qu'elle lit. Elle a appris des stratégies de lecture très efficaces, qu'elle pourra rapidement réinvestir en français. Même chose pour la production d'écrit. Bien sûr, son orthographe risque d'être défaillante, mais la structure de ses écrits, leur richesse sont d'excellent niveau.

Et puis, elle aussi va rentrer dans un collège international, donc tout ce qu'elle a acquis va être très profitable.

On a prévu aussi, pour donner un coup de pouce final, de leur faire suivre quelques cours ciblés, cet été à notre retour en France.

Voilà, j'espère que cet article donnera quelques pistes et rassurera un peu les familles sur le point de s'expatrier ;)