Madame la Ministre de l'Education Nationale,

Aujourd'hui on a pu entendre beaucoup de reportages sur la rentrée scolaire des petits Francais et notamment sur les nouveaux rythmes scolaires mais on a peu ou pas entendu de reportages sur la rentrée des petits élèves souffrant d'un handicap.
Aussi, il me semble important aujourd'hui de vous faire part de notre témoignage concernant la rentrée de notre fils handicapé moteur.
En effet,ce matin, Louis était impatient de découvrir sa nouvelle école, ses nouveaux copains, sa maîtresse bien sûr aussi .
De notre côté, depuis des mois nous préparions cette rentrée afin que tout se passe le mieux possible pour lui et aussi pour l'équipe enseignante, parce qu'en tant que maîtresse moi même, je sais que ce n'est pas toujours simple.
Remplissant de nombreux dossiers, contactant de nombreuses personnes, envoyant et renvoyant aussi parfois moulte documents ...
Ce n'a d'ailleurs pas éte chose aisée, car rentrant d'expatriation, il nous a fallu batailler longtemps avant que le dossier de Louis puisse être accepté, comme nous en avions pourtant le droit en tant qu'expatriés, par la MDPH.
Mais en juin dernier,nous étions rassurés, son dossier avait été étudié et les 2 points les plus importants pour lui, à savoir l'emploi d'une AVS et l'utilisation de matériel adapté (informatique et bureau adapté) avaient été accordés ...
Il y a prés de 10 jours nous avons tenté de reprendre contact avec tous les services concernés afin d'être sûrs que tout serait en place aujourd'hui. On est un peu têtu, je l'avoue  ... Evidemment en août, ce n'est pas chose aisée, vous le devinez certainement ...
Nous avons alors appris que le matériel demandé ne serait pas disponible (et à ce jour nous ne savons pas vraiment quand cela se fera ...) et qu'une AVS avait été nommée mais qu'on n'avait pas encore d'informations précises à ce sujet ...
Depuis 10 jours, je tente de joindre la MDPH de notre département qui me répond invariablement qu'on me rappellera dans les 48h ... aucun appel ne m'est encore parvenu pourtant les 48h sont déja bien expirées ...
Dans ce parcours un peu stressant, nous avons eu la chance de rencontrer la directrice de l'école de notre fils. qui se trouve être aussi son professeur.
Son accueil chaleureux et son professionnalisme nous ont une fois encore un peu rassurés, mais pourtant malgré tous ses efforts et les nôtres, ce matin lorsque nous sommes arrivés, nous avons découvert que l ÁVS ne ferait pas sa rentrée aujourd'hui ...
Une histoire de contrat qui circule de service en service et qui, n'étant toujours pas signé, empêche donc cette personne de faire son travail en accueillant et assistant notre fils.
N'ayant ni le matériel qui lui permettrait d'être installé convenablement, et donc de pouvoir suivre la classe, ni une aide humaine pourtant indispensable, j'ai donc proposé à l'enseignante de rester avec Louis dans la classe. J'ái arrêté de travailler et je crois ne pas avoir à expliquer pourquoi du coup ...
Elle a trés gentiment accepté et j'ai donc passer la matinée aux côtés de mon fils, un peu gêné, face aux nouveaux copains, de devoir venir à l'école avec sa maman ... mais bon, il était à l'école et lui, c'est tout ce quíl demande !
On nous a affirmé que le contrat de l'AVS devrait être signé très rapidement, et je sais que la directrice de l'école fait de son mieux, mais on m'affirme aussi, lorsque je contacte la MDPH, qu'on me rappellera rapidement, alors j'avoue être un peu inquiète quant à ce que ce "'rapidement"' sous entend ... Et puis si cela peut être fait rapidement, alors pourquoi ne pas l'avoir fait avant ? cela nous aurait évité cette mauvaise surprise ce matin ...
Nous savons que notre situation n'est sans doute pas la plus difficile, nombre d'enfants handicapés ont dû voir ce matin leurs petits copains aller à l'école alors que eux restaient avec Maman ou Papa, mais elle illustre un peu le quotidien que vivent des centaines de familles et il nous tenait à coeur de la partager.
L'intégration d'enfants handicapés à l'ecole n'est pas chose facile et demande beaucoup de concertations et de moyens sans doute mais aujourd'hui , 9 ans aprés la loi de 2005, on constate que, même si on a avancé un peu, la route est encore bien longue avant que ces enfants aient les mêmes chances que leurs petits camarades de suivre une scolarité la plus efficace possible. 
Pourtant, c'est en leur donnant accés aujourd'hui au savoir et aux apprentissages qu'on leur donnera une chance de se construire un avenir le plus autonome possible, pour ne plus avoir à dépendre sans cesse des autres ... Je suis un peu utopiste d'après certains mais moi, j'y crois vraiment ...
Sans oublier aussi, et je tiens à ce point, que permettre à ces enfants d'aller à l'école, c'est aussi permettre aux autres élèves d'apprendre beaucoup sur le vivre ensemble, sur la différence, sur l'acceptation et le respect de l'autre ... Scolariser nos enfants différents ce n'est pas seulement positif pour eux, ca l'est pour toute la société ...
Un des soucis majeurs que nous constatons est souvent la mutiplicité des services qui doivent intervenir pour rendre possible la scolarisation de nos enfants ... MDPH, Pôle Emploi, Education Nationale ... les dossiers circulent plus ou moins bien, les retards se font, les responsabilités des uns sont rejetées sur les responsabilités des autres et au final ce sont les enfants qui pâtissent de cet imbroglio administratif, qui cache aussi sans doute un manque de moyens mis à disposition.
Evidemment il y a dáutres soucis, comme le manque de formation des AVS, les budgets alloués au matériel etc etc  amis je ne peux abuser de votre temps en cejour de rentrée scolaire.
On demande sans cesse à ces enfants et à leurs familles d'être "'patients"', et accaparés par leur quotidien souvent compliqué, ils n'ont d'autres choix en effet que de patienter en se démenant pour trouver eux mêmes des solutions ...
Je ne sais pas combien de temps notre fils devra patienter, ni combien de personnes je devrais contacter, combien de courriers je devrais envoyer, mais nous continuerons de le porter aussi loin qu'il pourra aller (et il ira loin j'en suis sûre), et nous nous réjouissons aussi de croiser sur notre route des enseignants engagés et plein de bonne volonté, maintenant nous souhaitons que les moyens leur soient vraiment donner de faire au mieux leur travail ... Je ne doute pas qu'en tant que ministre, femme et mère, vous mettrez tout en oeuvre pour que cela se fasse rapidement. Nous avons eu la chance de vivre 3 ans dans un pays qui a réussi à donner une vraie place aux personnes handicapées, alors je suis certaine que la France peut en faire autant.
 Pour conclure, je dirais qu'il y a malheureusement bien souvent comme une sorte de fatalisme dans les discours qu'on nous tient, comme si rien ne pouvait vraiment changer.
Pourtant lorsqu'on a la chance de vivre aux côtés d'un enfant extra-ordinaire, on apprend vite qu'aucune montagne n'est infranchassable, alors j'ai bon espoir qu'un jour les seuls soucis de nos enfants, le jour de la rentrée, seront de savoir si leur meilleur copain est dans leur classe, si la maîtresse sera gentille, si la couleur de leur trousse est bien assortie à leur cartable, comme tous les autres enfants en fait ...
Je laisse à mon fils le dernier mot positif de cette lettre parce que cela résume tout simplement ce que tous les enfants différents auraient envie de dire  : "'j'adore aller à l'école"'
Je vous prie de recevoir, Madame Vallaud-Belkacem, nos sincères remerciements pour toute l'attention que vous accorderez à nos enfants tout au long de votre mission.
La Maman de Minilou