Souvenez-vous, il y a quelques semaines je lançais cette idée : http://www.5intheus.com/archives/2015/02/08/31489090.html

Et elles ont été 8 à me suivre, 8 lectrices du blog qui ont décidé de se lancer dans l'aventure ...

Et ça n'a pas été facile, croyez-moi :)

Mais ça y est, on en est venu à bout ... enfin presque car Steph doit encore mettre le point final !
Comme je sais qu'elle sera en vacances trés trés bientôt, j'ai décidé de commencer à publier le texte, épisode par épisode. Et comme ça, on attendra la fin ENSEMBLE !

Allez, c'est  parti, voici donc la 1ere partie de notre histoire à 18 mains ....

 

 

Hier soir, Claire avait tout préparé.

Les vêtements des enfants étaient soigneusement posés au pied de leur lit. Margot avait gym, alors Claire avait pensé à sortir les baskets et le sac de sport. Les cartables avaient été vérifiés, 2 fois, et elle avait même glissé les goûters dans la poche avant … Des biscuits au chocolat pour Lucile et un yaourt à boire pour Margot. Elle avait même veillé à signer le cahier de liaison pour éviter que la maîtresse ne lui fasse encore une fois les gros yeux quand elle irait récupérer les filles.

La table du petit déjeuner était dressée  et Claire avait même programmé la cafetière pour que Sébastien n’ait plus qu’à faire couler le café en se levant.

Claire avait méticuleusement choisi sa tenue, elle aussi … Elle avait hésité un moment à acheter quelque chose de nouveau et puis elle avait fini par se dire que ce n’était pas nécessaire et que, ce dont elle avait surtout besoin, c’est d’une tenue confortable qu’elle ait l’habitude de porter.

Quand le réveil avait sonné, tout s’était enchaîné sans encombre pour une fois. Les filles avaient réussi à enfiler leurs tenues sans aucune aide. Sébastien et Claire avaient eu le temps de prendre leur café tous les deux, installés l’un à côté de l’autre, face à la fenêtre qui donnait sur la cour encore plongée dans la pénombre  et il était à peine 8h05 lorsque les enfants et Sébastien avaient claqué la porte de l’appartement en lui lançant un dernier « à ce soir ! » Elle les avait entendus dévaler les escaliers en riant. L’appartement était silencieux à présent. Elle avait attrapé son sac à main, vérifié une dernière fois son reflet dans le miroir de l’entrée et fermé la porte à clé.

Au moment de se mettre au volant, Claire en était certaine, tout allait bien se passer …

Pourtant, cela faisait maintenant plus de 15 minutes qu’elle tournait en rond dans le quartier sans trouver le moindre emplacement pour se garer … Même en s’éloignant un peu, impossible de trouver une place …. Claire commençait à avoir les mains moites et le cœur qui bat … Elle avait tout anticipé sauf le fait que ce jour-là c’était jour de marché, et la place et toutes les allées autour étaient encombrées de marchands en tout genre … Les rares places qui restaient avaient été prises d’assaut par les matinaux.

Elle allait être en retard au rendez-vous le plus important de sa vie … Cet instant qu’elle attendait et redoutait depuis des jours.

Elle le savait si elle arrivait en retard, trop tard, cela pourrait tout changer …

**********************************************************************************

A force de tourner, elle avait fini par trouver une place à quelques pâtés de maisons. Elle devait faire vite, mais une fois le contact coupé, elle prit un instant pour respirer. Trois longues inspirations et expirations. Voilà de quoi faire baisser au moins un tout petit peu la pression et se ressaisir.

Claire sortit de la voiture et commençait à marcher en direction du bâtiment repéré la veille. Elle ne connaissait pas le quartier et s'efforçait de jeter des coups d'œil à droite à gauche, imaginant que cette boulangerie ou ce café deviendrait peut-être un peu son quotidien, si jamais ce rendez-vous se passait comme elle l'espérait.  Sauf qu'au lieu de l'apaiser, ces pensées lui rappelaient davantage l'enjeu de cette prochaine heure.

Prise d'une soudaine impulsion, elle entra dans le premier bureau de tabac et acheta des cigarettes. Un demi-paquet de 10, des mentholées. En vérifiant sa montre, elle constata qu'elle avait le temps de s'octroyer ce petit plaisir. La dernière fois remontait à si longtemps. A sa vie d'avant, avant les filles, avant Sébastien même. En s'asseyant sur un banc, une pointe de culpabilité lui effleura l'esprit, et repartit comme elle était venue. Elle pouvait bien se le permettre, après tout. Ca lui donnait même des forces, de braver cet interdit qu'elle s'imposait depuis des années. Et puis aujourd'hui était un jour particulier.

Elle ressentait le poids de toute la tension accumulée depuis des jours. Voilà plus d'un mois qu'elle ne sombrait dans un sommeil perturbé qu'à des heures indues.  Qu'elle imaginait tous les scénarios possibles, les pires la plupart du temps. Elle se sentait maintenant comme au bord d'un précipice, sans savoir si c'était des rochers ou des matelas moelleux qui l'attendaient en bas.

Elle prenait le temps de tirer longuement sur sa cigarette, essayant de faire le vide dans sa tête. Elle se remémorait les conseils de son thérapeute : se concentrer sur sa colonne d'air, sur son ventre qui se gonflait. Elle fermait les yeux quelques secondes.

Quand elle les ouvrit à nouveau, ...